Ce dimanche, comme tant d’autres Français, on vous surprendra peut-ĂȘtre en train de faire la chasse aux chocolats de PĂąques dans votre appartement. Aliment plaisir par excellence, le chocolat est originaire d’AmĂ©rique du Sud. Christophe Colomb fut le premier europĂ©en Ă  goĂ»ter au cacao. C’était en 1502. A l’époque, l’industrie du chocolat n’était pas mondialisĂ©e et les labels absents.

Le chocolat : bon pour votre santĂ©, celle de l’économie française
 et celle notre planĂšte ?

Depuis, de nombreux Français ont pu partager cette joie. Nous en consommons mĂȘme 7 kilos par an, loin derriĂšre nos voisins allemands, qui en avalent plus de 11 kilos.

– Le chocolat : un aliment sain si consommĂ© avec modĂ©ration –

le-chocolat-est-bon-pour-la-santé-avec-modération-attention-à-l-indigestion

Riche en fibres et en magnĂ©sium, le chocolat contient aussi des polyphĂ©nols qui renforcent la muqueuse intestinale, l’un des remparts de notre systĂšme immunitaire. Comptant parmi les aliments les plus riches en flavonoĂŻdes, le chocolat jouerait mĂȘme un rĂŽle dans la prĂ©vention de certaines maladies comme le cancer en mĂȘme temps qu’il rĂ©duirait le vieillissement de nos cellules. Plus surprenant encore, la capacitĂ© antioxydante du cacao serait 2 Ă  3 fois plus Ă©levĂ©e que celle du thĂ© vert. Oui mais
.
Avec un apport énergétique de 500kcal pour 100g, quelques carrés auraient vite fait de couvrir un quart de vos besoins quotidiens. Un plaisir sain donc, mais toujours avec modération.

– Le chocolat est-il synonyme de consommation responsable ? –

le-chocolat-ethique-a-la-cote-auprès-des-jeunes

La question mĂ©rite d’ĂȘtre posĂ©e car si le chocolat fait vivre une centaine d’entreprises en France, dont plus de 90% sont des PME, il est aussi considĂ©rĂ© comme l’un des principaux Ă©metteurs de gaz Ă  effets de serre. Transport, transformation, engrais, emballages, mais aussi et surtout dĂ©forestation le placent juste derriĂšre la viande bovine, mais devant le cafĂ© en termes d’émissions de gaz Ă  effets de serre.
La CĂŽte d’Ivoire, principal pays producteur de cacao, aurait ainsi vu sa forĂȘt rĂ©duite de 16 millions d’hectares en 1960 Ă  2 millions aujourd’hui. Selon le baromĂštre Easter Tracking, la suppression de l’huile de palme, Ă  l’origine de nombreuses dĂ©forestations pour la fabrication de produits chocolatĂ©s, forme avec l’allĂ©gement en sucre le duo des principales prĂ©occupations du consommateur français.

Comment choisir son chocolat responsable : bon pour l’environnement et pour ceux qui le produisent

L’absence de lĂ©gislation contraignante sur la confection du chocolat a encouragĂ© la floraison de labels pour orienter le consommateur vers des produits plus Ă©thiques. Avec un cahier des charges et des contrĂŽles pour en vĂ©rifier la bonne tenue, ils sont salutaires mais il en existe tellement qu’il est souvent difficile de s’y retrouver.

– Les labels garantissent-ils une consommation Ă©thique ? –

Le commerce Ă©quitable apporte de la sĂ©curitĂ© aux petits producteurs car il assure un prix minimum garanti, qui n’est plus soumis aux alĂ©as du cours de la bourse.
Il existe plusieurs labels de commerce équitable dignes de confiance : Max Havelaar, Fair for life, World fair trade organization, Bio Partenaire, Le Symbole des producteurs paysans. Ces labels assurent transparence et contrÎle car les organismes certificateurs sont externes et indépendants.

les-labels-equitables-certifient-une-consommation-de-chocolat-responsable

– Un chocolat socialement responsable, mais quid de son impact Ă©cologique ? –

Le label bio ne garantit pas le respect des droits des producteurs, pas plus que les labellisations Ă©quitables ne garantissent que les produits soient issus de l’agriculture biologique. Mais rassurez-vous : les produits Ă©quitables sont souvent bio et il vous sera donc facile de trouver un chocolat rĂ©pondant aux enjeux Ă  la fois sociaux et environnementaux. En 2016, 76% des produits issus du commerce Ă©quitable Ă©taient Ă©galement labellisĂ©s bio.
Le marchĂ© bio est en forte croissance et a doublĂ© au cours des derniĂšres annĂ©es, avec une appĂ©tence particuliĂšre chez les jeunes gĂ©nĂ©rations. En 2019, plus d’un Français sur cinq a achetĂ© du chocolat bio.
Si consommer bio est bon pour notre planĂšte, il reste difficile de connaĂźtre l’impact climatique de ses achats en l’absence d’un Ă©coloscore qui reproduirait le modĂšle du Nutriscore en affichant les Ă©missions de carbone.
Des entreprises ont cependant dĂ©cidĂ© de mettre en place l’étiquetage carbone. C’est le cas de Casino et d’Alter Eco. En regardant la plaque de chocolat « Noir intense » d’Alter Eco, vous apprendrez que votre plaisir gourmand qui pĂšse 100g possĂšde une empreinte carbone de 273g. L’entreprise va plus loin et s’est donnĂ©e pour objectif de fabriquer un chocolat neutre en carbone en compensant ses Ă©missions.

– La fausse bonne idĂ©e des labels dits “dĂ©veloppement durable” sur les chocolats. –

Les labels Rainforest Alliance et UTZ allient dimensions sociale et environnementale, qu’ils rendent obligatoires dans l’obtention du sĂ©same. TrĂšs prisĂ©s de grands groupes comme Lidl, Lavazza, NescafĂ©, Mcdonald’s ou encore Unilever, ils sont cependant plus flexibles et l’efficacitĂ© de leurs contrĂŽles ont Ă©tĂ© remis en cause Ă  plusieurs reprises par les syndicats.

comment-bien-choisir-son-chocolat-écolo-et-bio-

Enfin, ces labels n’ont pas pour but de modifier les pratiques commerciales dĂ©loyales, ni de remettre en cause le rapport de force entre fournisseur et acheteur dans les filiĂšres. On leur reproche souvent de s’adapter aux consĂ©quences d’une mondialisation sauvage, sans chercher Ă  agir sur ses causes.

– Les labels qui n’en sont pas : les programmes des multinationales symbolisĂ©s par des logos spĂ©cifiques –

les-labels-permettent-de-bien-choisir-son-chocolat-equitable-et-responsable

La majoritĂ© des multinationales du chocolat ont crĂ©Ă© leurs propres programmes d’approvisionnement : Mondelez avec Cocoa life, Cocoa Plan pour NestlĂ©, ou encore Lindt et son Farming Program. Ces plans visent Ă  amĂ©liorer les conditions de vie des producteurs locaux avec par exemple des formations agricoles ou la crĂ©ation d’écoles. Cependant ils ne proposent pas de prix minimum garanti, laissant ainsi de nombreux travailleurs vivre sous le seuil de pauvretĂ©. Surtout, l’absence d’organisme certificateur externe Ă  l’entreprise entache la transparence de la dĂ©marche.

Vous savez maintenant tout sur le chocolat responsable et ĂȘtes prĂȘts Ă  faire des achats Ă©thiques et gourmands ! Une fois vos achats faits, n’oubliez pas que le chocolat se conserve trĂšs longtemps (mĂȘme au-delĂ  de la date indiquĂ©e…). Et si vous cherchez Ă  le prĂ©parer de maniĂšre originale, voici toutes nos recettes anti-gaspi pour donner un peu de peps aux traditionnels chocolats !