Réduire sa consommation de viande, baisser son chauffage d’1°C, prendre le métro plutôt que la voiture… Tout ça, on le sait, participe à réduire notre empreinte écologique. Mais saviez-vous que nos économies et l’argent que nous déposons à la banque polluent plus que notre consommation personnelle ? Avec Helios on vous explique quel est le problème de la banque, et comment vous pouvez réduire votre empreinte carbone en faisant le choix des écobanques ! On vous a déjà dit que votre carte bancaire, c’était votre bulletin de vote ?

 

Les principales sources d’émissions de CO2 des français

D’après une étude de l’ADEME, les principales sources d’émissions de CO2 des citoyens français sont les suivantes : 

  • Logement
  • Transports
  • Alimentation
  • Achat de biens et services
  • Banque et épargne

Pour une grande majorité de citoyens, l’impact environnemental des transports, de l’alimentation ou encore du logement est assez évident. Nous sommes bien conscients que notre façon de nous déplacer, de manger, de nous chauffer a des conséquences plus ou moins grandes sur notre empreinte écologique.

Le logement

Par exemple, se tourner vers l’électricité comme source d’énergie, réduire son chauffage ou encore aérer plus régulièrement son intérieur permet de réduire la quantité de kg éq.CO2 générés par notre logement.

 

Vélo empreinte carbone

 

Les transports

De la même façon, dans le secteur des transports, on peut troquer sa voiture pour les transports en commun, ou son vélo. Et enfin, plutôt que de sauter systématiquement dans un avion, on peut choisir le train (et admirer les jolis paysages de nos belles campagnes françaises!)

L’alimentation

Côté alimentation, vous commencez à nous connaître, la lutte contre le gaspillage alimentaire est évidemment une façon de réduire son empreinte environnementale. On peut aussi suivre les 10 commandements de l’alimentation responsable : manger des fruits et légumes de saison, consommer des produits locaux… Et bien sûr, essayer de réduire sa consommation de viande.

 

Lutter contre le gaspillage alimentaire, ça vous dit ?

Ce qu’on maîtrise un peu moins, ce sont les émissions de CO2 qui proviennent de notre compte en banque.

Et pourtant, à titre de comparaison : 

Parcourir 30km en voiture chaque jour pendant un an = manger 100g de steack par jour pendant 1 an = acheter 1 vêtement neuf par mois = faire 3 allers/retours Paris-Berlin dans l’année = tadaaaa! déposer 3000€ sur son compte en banque… oups

 

C’est quoi le problème avec les banques ?

 

Empreinte carbone banques

 

L’argent que nous déposons à la banque permet de financer des projets divers et variés. Par leurs investissements les banques ont le pouvoir de favoriser certains secteurs de l’économie, et façonnent le monde de demain. 

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, les banques financent des projets extrêmement polluants, qui participent de très près à l’aggravation du dérèglement climatique. Un exemple : depuis l’adoption des Accords de Paris, les banques internationales ont accordé 2700 milliards de dollars de financement aux énergies fossiles (charbon, pétrole, etc). Et ce chiffre ne fait qu’augmenter depuis 2016. 

Le secteur de la banque est très opaque. Il est encore très difficile de savoir quels projets financent notre argent. Les banques accompagnent de plus en plus de projets vertueux. Et c’est une bonne chose ! Mais comment savoir si nos économies servent à aider des entrepreneurs à impact, ou bien si elles permettent à l’industrie du pétrole de creuser toujours plus de puits ? Mystère… 

Aujourd’hui, le fait est que l’argent déposé sur nos comptes en banque représente notre premier poste d’émissions eq. CO2. Et, même si au quotidien on s’efforce de réduire notre empreinte environnementale, nos économies plombent (un peu) notre bilan…

 

La carte bancaire comme bulletin de vote : les écobanques

 

Empreinte carbone écobanques

 

Une carte bancaire, c’est comme un bulletin de vote. Lorsque vous achetez des fruits et légumes auprès d’un producteur du coin plutôt que dans la grande distribution, vous soutenez l’économie locale. Quand vous achetez un t-shirt en lin et made in Europe, vous soutenez une culture et un savoir-faire local. Enfin, quand vous réduisez votre consommation de viande, vous envoyez un signal fort à l’industrie agroalimentaire.

Mais ces achats sont-ils toujours aussi éthiques s’ils sont réalisés grâce à l’argent déposé dans une banque qui finance des industries polluantes ? Heureusement oui, car chaque geste, chaque action est importante pour parvenir à un modèle plus vertueux ! Mais même si on ne dira pas que tous nos efforts sont ruinés, ils perdent en tous cas de leur force… 

La carte bancaire c’est donc un bulletin de vote, aussi, pour façonner le monde que l’on souhaite pour demain. Comment ? En choisissant de confier son argent à une banque qui investira dans des projets vertueux, uniquement ! 

C’est le cas d’Helios par exemple ! Helios c’est une “écobanque” qui s’est donné pour mission de lancer la révolution écologique du secteur bancaire. Lorsque vous ouvrez un compte chez Helios, dès le premier euro déposé, vous participez à financer uniquement des projets et entreprises qui accélèrent la transition écologique. En plus, tous les projets financés sont rendus publics et accessibles depuis leur site ! Le premier en cours : une centrale solaire en Nouvelle Calédonie. C’est déjà un peu plus vert que les puits de pétrole non ? 😉

 

Aujourd’hui, même avec 1€, on a les moyens de financer une économie durable. Alors, on attend quoi ? 😉

 

Vous voulez lutter contre le gaspillage ?
Ecrit par Julia Carcano РExperte en ̩cobanque Helios et Enora Guernigou РExperte anti-gaspi Phenix